INFOS - #Coronavirus : point de situation sur le fonctionnement des services communautaires + d'infos ici

Rechercher sur le site

Restons en contact !

Inscription newsletter

inscrivez-vous à la lettre d'information

Alertes SMS

+

Les réseaux sociaux

  • Retrouvez-nous sur Linked-in
  • Retrouvez-nous sur Twitter
  • Retrouvez-nous sur YouTube
  • Retrouvez-nous sur Facebook

Renseignements

1 rue Monge - CS 10761
22307 LANNION Cedex

02 96 05 09 00

Expression des groupes politiques

Partager :

Expression des groupes politiques

Les groupes d’élus constitués au sein de Lannion-Trégor Communauté disposent d’un espace d’expression dans un esprit de transparence et de pluralisme démocratique. 

Les tribunes publiées le sont conjointement sur le site Internet et le magazine de la Communauté.

Édition de juillet-août 2019

François Vanghent pour le groupe Rassemblement Ouvert de la Communauté (ROC)

Le PCAET, l’occasion de changer de longueur de vue

Le Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET) – qui aurait dû être terminé fin 2018 – est en cours d’élaboration. Il doit définir une stratégie déclinée en actions locales afin que notre territoire contribue aux objectifs nationaux de réduction des impacts dus aux activités humaines sur l’environnement et le climat. Ces objectifs sont chiffrés : par exemple, au regard de l’année 2012, il s’agit de réduire de 50% la consommation énergétique finale en 2050 et de 30% la consommation d’énergies fossiles dès 2030.
La liste des actions proposées demeure dans la lignée de celles déjà en place et sur lesquelles il faudra insister. Même si, pour l’instant, aucune évaluation ne nous permet d’affirmer que l’agglomération atteindra les objectifs assignés par l’État.
Nous devons avoir une vision plus large de ce plan. Face à l’urgence climatique, il devient nécessaire de changer notre façon de penser le développement du territoire. Profitons du PCAET pour passer au tamis de la transition écologique et énergétique l’ensemble des projets de l’agglomération, quitte à transformer certains et abandonner d’autres.
Quel mode de développement voulons-nous ? Un développement qui fait toujours une place de choix à la mobilité individuelle et à la création d’infrastructures routières nouvelles ? Qui crée des bâtiments locatifs « standards » ?
Et si nous devenions un territoire de référence sur la transition, les bâtiments à énergies positives… Ce qui permettrait grâce à une offre de formation adaptée de créer par là même un creuset d’emplois locaux.

Édition de mai-juin 2019

Françoise Le Men pour le groupe Rassemblement Ouvert de la Communauté (ROC)

De l'importance d'un programme communautaire

Le conseil communautaire du 5 février a voté à une large majorité – 7 abstentions – le budget primitif principal 2019 à hauteur de 74 millions d'euros en fonctionnement et 46 millions en investissement. À périmètre géographique identique, nous avons doublé en trois ans ce budget principal, fonctionnement et investissement confondus.

Il ne s'agit évidemment pas de dépenses inconsidérées mais de prise de compétences nouvelles par l'agglomération en lieu et place des communes – exception faite, selon nous, de celles relatives aux infrastructures routières dont l'utilité n'est pas avérée et le coût environnemental laissé aux générations futures.

 Aujourd’hui, la destinée de notre territoire est de fait entre les mains du conseil communautaire. Or, celui-ci n’est pas issu du vote de tous les électeurs du territoire mais d'une addition d’élu·e·s municipaux sans obligation de soumettre un programme communautaire lors du suffrage. Hélas, il n'y a pas de projet de réforme du mode de scrutin en vue.

 En 2014, peu de listes électorales ont inclus dans leur programme un projet pour la communauté. Le risque est grand qu’il en soit de même en mars 2020 avec son corollaire : une instance délibérante qui paraît plus technocratique que démocratique, non représentative de l'ensemble des citoyens et encore moins des citoyennes. Pour éviter cet état de fait, enjoignons nos futur·e·s élu·e·s à présenter un programme communautaire à la population avant le scrutin