INFOS - #Coronavirus : point de situation sur le fonctionnement des services communautaires + d'infos ici

Rechercher sur le site

Restons en contact !

Inscription newsletter

inscrivez-vous à la lettre d'information

Alertes SMS

+

Les réseaux sociaux

  • Retrouvez-nous sur Linked-in
  • Retrouvez-nous sur Twitter
  • Retrouvez-nous sur YouTube
  • Retrouvez-nous sur Facebook

Renseignements

1 rue Monge - CS 10761
22307 LANNION Cedex

02 96 05 09 00

Eaux usées

Partager :

Enquête publique-station d'épuration de Perros-Guirec

Les différents éléments du dossiers sont en téléchargement ci-dessous

Affichage

DLE

Dossier de dérogation

remarques Enquête Publique STEP Perros-Guirec

Sylvie Bourbigot
12 rue des Costans
22700 Perros-Guirec

Monsieur le Commissaire Enquêteur,

Je ne suis pas spécialiste de ce domaine, mais je tiens à vous faire part de mes réflexions après la lecture du résumé non technique.

une question globale : est-ce qu'un système d'assainissement collectif composé de plusieurs micro-stations de type rhizosphère, réparties sur plusieurs quartiers (par exemple près des postes de refoulement actuels si possible) a été envisagé ? ces solutions semblent actuellement performantes et permettraient de "soulager" la STEP existante. L'utilisation de bambou pourrait aussi être un plus dans le cadre de la mise en place d'une filière d'exploitaiton de ce matéraiu de plsu en plus prisé comme écomatériaux dans la construction.
http://chaucenne.org/la-rhizosphere/
http://www.brienangissienne.fr/station-d-epuration-des-eaux-usees.html
http://bambooforlife.fr/pourquoi-le-bambou/

une question sur l'implantation de l'extension : il est mentionné dans le rapport :
"...la présence de granite compact dans la partie haute de la parcelle est venue provoquer le décalage des ouvrages vers la parcelle destinée à l'extension où la présence de granite a également été observée. Pour éviter les contraintes techniques liées à cette roche (fracturation engendrant un surcoût et sol non uniforme présentant des risques pour la pérennité des ouvrages), il a finalement été envisagé d'implanter les ouvrages dans la partie basse de la parcelle sur la zone humide qui ne présentait pas d'intérêt écologique fort."
Il me semble que les bassins existants sont aussi réalisés sur un tel socle ? Si c'est le cas, je ne comprends pas bien cet aléa et pourquoi l'extension ne se fait pas par le haut de la parcelle, y compris sur une partie des parcelles 920 et 938 si nécessaire.

Ce qui éviterait de mettre en place des "compensations" et leur coût (entre 36 k€ et 57 k€ pour l'aménagemetn des parcelles 311 et 312 - annexe 2B-MEC). Le surcoût engendré pour la fracturation est-il supérieur à celui de la compensation ? Un autre avantage est que ces parcelles sont plus éloignées des habitations !

Si je trouve absolument nécessaire et urgent d'agir sur le traitement des eaux usées de Perros, mon avis sur la solution proposée reste réservé.

Sylvie Bourbigot